Michel Monteaux

Catégorie
Artistes, Photographie
Tags
Art contemporain, Matters matter, Michel Monteaux
A propos

Déjà reconnu pour ses photographies de presse, Michel Monteaux développe depuis plusieurs années une oeuvre plus personnelle et de grande valeur, il suffit, pour s’en rendre compte, de pénétrer l’univers de Lifeline, Instant quantic, Burnt, Pareidolies et bien sûr Matters matter, autant de séries qui jalonnent sa démarche marquée par une rigueur technique exemplaire et « un oeil » exceptionnel.

 

 

 

« C’est en 1995 que Michel Monteaux fraîchement débarqué du Nouveau Mexique, USA, pousse la porte du magazine Libération dont j’étais la directrice photo. Très vite s’impose à nous la rigueur et la sincérité de sa démarche photographique. L’acuité de son regard capte d’une manière pleine d’empathie et sans esbroufe les visages de ceux qui volontiers s’offrent à son objectif. La puissance de ses paysages dont les compositions ne sont sans rappeler certains des plus grands peintres américains, traduit la dimension spirituelle qu’il met au service de sont art… » Dan Torres, 2014

 

« Reconnu pour son travail de photographe – portraits, reportages, histoires de société – Michel Monteaux interroge, à travers la photographie et le dessin, les mystérieux liens entre les êtres dans leur environnement et les ordres symboliques qui les rapprochent.

De manière intuitive et raisonnée, pour révéler la saveur de l’univers inhabituel du Monde Unique, l’artiste suscite un espoir considérable : et si nous avions jusqu’à présent presque rien compris de notre inscription dans le monde ?  »  Fabien Ribery (Extrait).

 

« J’ai trouvé intéressant de voir comment votre série transforme les déchets quotidiens en quelque chose de fragile et de précieux, révélant dans le banal une présence quelque peu mystique ». Fabian Knierim, conservateur au Centre de la Photographie Westlicht, Vienne, Autriche.

 

« Les images présentent de façon abstraite, des déchets ramassés par terre dans l’espace urbain. Elles interpellent le regard, intriguent, car il faut pour la plupart deviner ce qu’elles représentent. Cela entraine inévitablement une interaction avec le public. Le déchet n’est pas regardé comme tel jusqu’à ce que soit révélé sa vrai nature. S’en suit une discussion sur l’apparence, la diversité, l’environnement et pour certaines images, les notions de vie, de mort…Qu’est ce que le beau, le répulsif ou l’attraction ? »  Michel Monteaux.

 

http://www.lasgalerie.com/michel-monteaux/